By Published On: April 15, 2021

[le français suit]

April 14, 2021

Unceded Algonquin Anishinaabe Territories (OTTAWA) — Today three internationally renowned experts identified how Canada can improve its climate leadership. The event highlighted the disconnect between Canada’s bold words on the world stage calling for climate action while emissions continue to rise at home. 

The briefing for media featured remarks by:  

  • Mary Robinson, Chair of the Elders (2018-present); President of Ireland (1990-1997); UN Special Envoy on Climate Change (2014-2015); United Nations Human Rights Commissioner (1997-2002)
  • Ruth Ivory-Moore, Program Director, Environment and Corporate Social Responsibility, The Evangelical Lutheran Church in America; Sustainability Consultant, Environment and Corporate Social Responsibility Director,  Advisory Cloud Management Consulting
  • Brian O’Callaghan, Lead Researcher and Project Manager, Oxford University, Economic Recovery Project; Consultant at the Robertson Foundation

Quotes from the event: 

When it comes to climate action, “There is a perception that Canada is a bit better than Canada is in reality,” said Mary Robinson. “Canada is the only G7 country where emissions have increased since the signing of the Paris Agreement… 

“For example, the United Kingdom … is halfway to net-zero before Canada has even begun so I really do want to … positively encourage Canada to step up,” she said. “I think the population of Canada believes that Canada is … giving quite good climate leadership and may be a little bit shocked to know that this is not the case.”

Robinson urged Canada to at least double its climate finance commitment, to help vulnerable countries address and adapt to climate impacts. “Canada has to step up on climate finance,” she said. “It’s unfair that it’s the poorest countries, the poorest communities, Indigenous peoples, small island states that have been affected the earliest and disproportionately by climate and they are not responsible. Rich countries have to step up … and pay their fair share. For Canada, that would be about $4 billion a year, not the $800 million they are working towards.” 

Robinson also called on Canada to increase its emissions reduction target. “The [current] 30% target is far too low. Forty per cent would be too low,” Robinson said, especially given the Biden-Harris administration is expected to really step up. She called on Canada to have a target of at least a 50% cut in emissions below 2005 levels by 2030. 

Brian O’Callaghan compared Canada’s investments in the clean economy to its peers, finding a large discrepancy. Economic recovery packages offer a chance “for governments around the world to reorient their economies so that they are decoupled from fossil fuel emissions,” he said. “Unfortunately, Canadian action does not quite match green rhetoric so far in this crisis.” 

O’Callaghan compared Canada’s $17 billion in green recovery spending to peer countries: $42 billion in the UK, $57 billion in France and $50 billion in Germany. “There is significant more space for targeted investment and it’s imperative that the Canadian government focuses on those opportunities,” he said.  

For the sake of the climate and the economy, it’s time Canada stop providing financial support and subsidies to oil and gas, especially as part of recovery efforts. “Canadians shouldn’t stand idly by as their taxpayer dollars are used for those unsustainable enterprises,” O’Callaghan said. “If we are going to make significant inroads against climate [change], we need to get rid of those spending measures. Additionally, if we are to be preparing our economies for the future … we need to be investing now in an economic transition.” 

Ruth Ivory-Moore spoke about the US Biden-Harris administration’s steps to put environmental justice, for the first time, as a focal point of the Administration. “We’re extremely encouraged by seeing the Administration’s efforts… and recognition that you can address climate change and grow the economy and add new jobs but it’s most important that we leave no one behind,” Ivory-Moore said.

“Everybody knows it is the most vulnerable and the marginalized that are most impacted by climate change. What we do see is needed as we start to do more and look at environmental justice, we need to make sure that we are bringing in those [voices] to the table and making sure they are part of the solution.” 

Ivory-Moore spoke about how climate leadership is not only about ambitious targets but also an inclusive process that brings those most impacted by climate to the table. “We need to make sure that those who have the most at stake are part of this process,” she said. “If there was one thing that the U.S. and Canada could both do better, that is connecting better with those grassroots voices, those people are who are most impacted [by climate change]…” 

While it’s good news to see Canada is developing a new draft anti-environmental racism legislation, addressing environmental racism extends beyond one piece of legislation. When it comes to environmental racism, we need to look at it holistically and systemically. “We need to start looking at policies, legislation and bills through a racial justice equity lens … which group is being impacted, how are they impacted, are they disproportionately impacted and what do we need to do to remedy those impacts we are seeing, whether looking at migration issues, food security issues or the just transition.” 

As Canadian environmental groups continue to await a long-promised Just Transition Act, all three speakers spoke about the importance of a just transition. 

Ivory-Moore spoke about how it’s important that a just transition “leaves no one behind and there are no stranded communities or individuals.” She mentioned that “just transition is not a one-size fits all approach.” It’s about “bringing it down to the local level and not build back in kind but to build back better, you need everyone at the table.”

Robinson spoke about how it’s important Canada have a serious conversation with Canadians about what a just transition looks like. “Canada is a major oil and gas exporter … Many workers and many communities derive their sense of self, their sense of viability from this,” she said. A national conversation about a truly just transition must “put those workers and communities right at the centre … but I haven’t heard it spoken about in Canada in a way that really engages workers and their communities.” 

At the end of the briefing, there was a comment about the phrase “build back better”. Climate Action Network regrets not giving Ivory-Moore a chance to respond during the briefing and emphasize how this phrase is rooted in climate justice. We apologize for this misstep and affirm our commitment to working together with communities to build a just, climate-safe future. 

A recording of the press briefing is available here.

Climate Action Network Canada – Réseau action climat Canada (CAN-Rac Canada) is a coalition of more than 100 organizations across the country, bringing together labour, development, faith-based, and Indigenous groups with the key national, provincial, and territorial environmental organizations working on climate change. The network plays a critical role in helping Canadian organizations understand and respond to climate change impacts and policies, across Canada and around the world, to coordinate efforts for greatest impact.

————————————————————–

15 avril, 2021

Territoires algonquins anishinaabe non cédés (OTTAWA) – Aujourd’hui, trois experts de renommée internationale ont identifié comment le Canada peut améliorer son leadership en matière de climat. L’événement a mis en évidence le décalage entre la rhétorique audacieuse du Canada sur la scène internationale appelant à des mesures climatiques alors que les émissions continuent d’augmenter chez nous.

Ce breffage pour les médias mettait en vedette : 

  • Mary Robinson, Présidente du groupe des Elders (2018-présent), Envoyée spécial des Nations Unies sur les changements climatiques (2014-2015), Présidente de l’Irlande (1990-1997), Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme (1997-2002);
  • Brian O’Callaghan, Chercheur principal et gestionnaire de projet, Université d’Oxford, Projet de relance économique; Boursier Rhodes, consultant à la Robertson Foundation (en congé du Boston Consulting Group);
  • Ruth Ivory Moore, directrice de programme, Environnement et responsabilité sociale des entreprises, Église évangélique luthérienne d’Amérique, Consultante en Développement Durable, Directrice Environnement et responsabilité sociale d’entreprise, Advisory Cloud Management Consulting.

Citations de l’événement : 

En ce qui concerne l’action climatique, « il y a une perception que le Canada est un peu meilleur que le Canada ne l’est en réalité », a dit Mary Robinson. « Le Canada est le seul pays du G7 où les émissions ont augmenté depuis la signature de l’Accord de Paris… »

« Par exemple, le Royaume-Uni … est à mi-chemin vers la carboneutralité avant même que le Canada n’ait commencé, alors je veux vraiment… de façon positive, encourager le Canada à augmenter son ambition » a-t-elle dit. « Je pense que la population du Canada croit que le Canada … fait preuve d’un très bon leadership en matière de climat et pourrait être un peu choquée de savoir que ce n’est pas le cas. »

Robinson a exhorté le Canada à au moins doubler son engagement en matière de finance climatique pour aider les pays vulnérables à faire face et à s’adapter aux impacts climatiques.
« Le Canada doit augmenter sa finance climatique », a-t-elle déclaré. « Il est injuste que ce soient les pays les plus pauvres, les communautés les plus pauvres, les peuples autochtones, les petits États insulaires qui sont touchés le plus tôt et de manière disproportionnée par les changements climatiques, dont ils ne sont pas responsables. Les pays riches doivent se mobiliser… et payer leur juste part. Pour le Canada, ce serait environ 4 milliards de dollars par an, pas les 800 millions de dollars sur lesquels ils travaillent. »

Robinson a également appelé le Canada à augmenter son objectif de réduction des émissions. «L’objectif [actuel] de 30% est bien trop bas. 40% serait trop bas », a déclaré Robinson, d’autant plus qu’il est attendu que l’administration Biden-Harris augmente significativement son ambition. Elle a appelé le Canada à se fixer un objectif d’au moins 50% de réduction des émissions sous les niveaux de 2005 d’ici 2030.

Brian O’Callaghan a comparé les investissements du Canada dans l’économie propre à ceux de ses pairs, y trouvant un écart important. Les programmes de relance économique offrent une chance « aux gouvernements du monde entier de réorienter leurs économies afin qu’elles soient découplées des émissions fossiles », a-t-il déclaré. « Malheureusement, l’action canadienne ne correspond pas tout à fait à sa rhétorique verte jusqu’à présent dans cette
crise. »

O’Callaghan a comparé les 17 milliards de dollars de dépenses de relance verte du Canada à ceux de pays similaires : 42 milliards de dollars au Royaume-Uni, 57 milliards de dollars en France et 50 milliards de dollars en Allemagne. « Il y a beaucoup plus d’espace pour des investissements ciblés et il est impératif que le gouvernement canadien se concentre sur ces possibilités », a-t-il déclaré.

Dans l’intérêt du climat et de l’économie, il est temps que le Canada cesse de fournir un soutien financier et des subventions au pétrole et au gaz, en particulier dans le cadre des efforts de relance. « Les Canadiens ne devraient pas rester les bras croisés alors que l’argent de leurs contribuables est utilisé pour ces entreprises non viables », a déclaré O’Callaghan. « Si nous voulons faire des progrès significatifs contre les changements climatiques, nous devons nous débarrasser de ces dépenses. De plus, si nous voulons préparer nos économies pour l’avenir… Nous devons investir maintenant dans une transition économique. »

Ruth Ivory-Moore a parlé des mesures prises par l’administration américaine Biden-Harris pour faire de la justice environnementale, pour la première fois, un point focal de l’administration.
« Nous sommes extrêmement encouragés en voyant les efforts de l’Administration… et la reconnaissance du fait que vous pouvez lutter contre les changements climatiques, faire croître l’économie et créer de nouveaux emplois, mais il est le plus important que nous ne laissions personne derrière », a déclaré Ivory-Moore.

«Tout le monde sait que ce sont les personnes les plus vulnérables et les plus marginalisées qui sont les plus touchées par le changement climatique. Ce que nous voyons qui est nécessaire alors que nous commençons à faire plus et à examiner la justice environnementale, est que nous devons nous assurer que nous amenions ces [voix] à la table et veillions à ce qu’elles fassent partie de la solution. »

Ivory-Moore a expliqué que le leadership climatique ne concerne pas seulement des objectifs ambitieux, mais aussi un processus inclusif qui amène les plus touchés par le climat à la table. « Nous devons nous assurer que celles et ceux qui ont le plus d’enjeux participent à ce processus », a-t-elle déclaré. « S’il y avait une chose que les États-Unis et le Canada pourraient faire de mieux, c’est de se connecter avec ces voix de la base, ces gens qui sont les plus touchés [par les changements climatiques] … »

Bien que ce soit une bonne nouvelle de voir que le Canada élabore un nouveau projet de loi contre le racisme environnemental, la lutte contre le racisme environnemental va au-delà d’une seule loi. Lorsqu’il s’agit de racisme environnemental, nous devons l’examiner de manière holistique et systémique. « Nous devons commencer à examiner les politiques, les lois et les projets de loi à travers une lentille d’équité en matière de justice raciale… quel(s) groupe(s) est touché(s), comment sont-ils touchés, sont-ils touchés de manière disproportionnée, et que devons-nous faire pour remédier aux impacts que nous constatons? Que ce soit en examinant les problèmes de migration, les problèmes de sécurité alimentaire ou la transition juste. »

Alors que les groupes environnementaux canadiens continuent d’attendre une Loi pour une transition juste promise depuis longtemps, les trois orateur.trice.s ont parlé de l’importance d’une transition juste.

Ivory-Moore a expliqué à quel point il était important qu’une transition juste « ne laisse personne derrière et qu’il n’y ait pas de communautés ou d’individus coincé.e.s». Elle a mentionné que « la transition juste n’est pas une approche universelle ». Il s’agit de « ramener cela au niveau local et non de reconstruire en soi, mais pour mieux reconstruire, vous avez besoin de tout le monde à la table ».

Robinson a expliqué à quel point il est important que le Canada ait une conversation sérieuse avec les Canadien.ne.s sur ce à quoi ressemble une transition juste. « Le Canada est un important exportateur de pétrole et de gaz … De nombreux travailleu.r.se.s et de nombreuses collectivités en tirent leur conscience de soi, leur sens de la viabilité », a-t-elle déclaré. Une conversation nationale sur une transition vraiment juste doit « placer ces travailleu.r.se.s et ces communautés au centre… mais je n’en ai pas entendu parler au Canada d’une manière qui engage vraiment les travailleu.r.se.s et leurs communautés. »

À la fin du breffage, il y a eu un commentaire sur l’expression « reconstruire en mieux ». Le Réseau action climat regrette de ne pas avoir donné à Ivory-Moore une chance de répondre pendant le breffage pour souligner comment cette phrase est enracinée dans la justice climatique. Nous nous excusons pour ce faux pas et affirmons notre engagement à travailler avec les communautés pour bâtir un avenir juste et sécuritaire pour le climat.

Un enregistrement du breffage pour les médias est disponible ici.

Climate Action Network Canada – Réseau action climat Canada (CAN-Rac Canada) est une coalition de plus de 100 organisations à travers le pays, réunissant des groupes syndicaux, de développement, confessionnels et autochtones avec les principaux groupes environnementaux nationaux, provinciaux et territoriaux travaillant sur les changements climatiques. Le réseau joue un rôle essentiel en aidant les organisations canadiennes à comprendre et à réagir aux impacts et aux politiques des changements climatiques, partout au Canada et dans le monde, afin de coordonner les efforts pour un impact maximal.

For media requests, please contact:

Catherine Abreu

Executive Director – Climate Action Network Canada

+1 902-412-8953

catherineabreu@climateactionnetwork.ca 

-30-