By Published On: juin 15, 2023

Territoires non-cédés de la Nation algonquine anishinaabe [OTTAWA], 15 juin 2023 :

Le Réseau action climat Canada accueille la Loi sur les emplois durables, présentée aujourd’hui à la Chambre des communes par le ministre des Ressources naturelles, Jonathan Wilkinson. Ce projet de loi marque une étape attendue depuis longtemps vers l’adoption d’une loi garantissant un bon avenir aux travailleur.euse.s.

Le projet de loi contient des éléments prometteurs, notamment l’objectif de créer des emplois de qualité et durables avec le droit de se syndiquer, ainsi que des dispositions sur le dialogue social, les droits au travail, la sécurité de l’emploi et la protection sociale. Les syndicats, les travailleur.euse.s et la société civile ont travaillé dur pour défendre ces points et pour un travail bien rémunéré et de qualité dans le cadre de la transition vers une économie verte.

Cependant, la législation doit être modifiée pour offrir une vision de ce dont le Canada doit s’éloigner – l’instabilité et la destruction d’une économie alimentée par des combustibles fossiles et à forte intensité de carbone. Elle doit aussi inclure ce vers quoi nous devons nous tendre – les possibilités offertes par les énergies renouvelables et l’accent mis sur des communautés plus saines et plus durables. Pour s’attaquer véritablement à la crise climatique, le Canada aura besoin de transitions bien planifiées dans tous les secteurs : dans nos systèmes énergétiques, nos terres et nos écosystèmes, nos systèmes urbains et nos infrastructures, ainsi que nos systèmes industriels. Le projet de loi ne consacre pas non plus les mécanismes de planification régionale, qui sont essentiels à la mise en œuvre de la législation, ni l’établissement de mécanismes de nation à nation avec les peuples autochtones.

Les incendies actuels ont mis en lumière le double défi auquel sont confrontées les communautés qui dépendent du secteur pétrolier et gazier : elles sont souvent en première ligne des impacts climatiques et sont confrontées à l’insécurité de l’emploi. Le gouvernement fédéral doit leur apporter le soutien et les outils dont elles ont besoin pour prospérer dans le contexte de la transition énergétique mondiale.

Les discussions sur un programme de travail pour une transition juste se terminent actuellement à la conférence de Bonn sur les changements climatiques, où la portée de la conversation était plus large et incluait les dimensions socio-économiques de la transition. Le Canada devrait tenir compte de ce signal : le projet de loi n’est qu’une pièce du casse-tête dont nous avons besoin pour une transition juste holistique qui ne laisse personne de côté. Le gouvernement fédéral doit améliorer et combler les lacunes de la première version de cette législation, tout en allant de l’avant avec une solide stratégie industrielle verte, des mécanismes de planification régionale inclusifs, le plein respect des droits et de la souveraineté des peuples autochtones, et en s’attaquant aux injustices auxquelles sont confrontées les personnes les plus marginalisées par nos systèmes actuels.

Citations:

Caroline Brouillette, Directrice générale, Climate Action Network – Réseau action climat Canada:

« Après des années de mobilisation des syndicats et du mouvement pour la justice climatique, la Loi canadienne sur les emplois durables garanti enfin aux travailleur.euse.s un siège à la table des décisions concernant leur avenir.

« La transition vers une économie sans danger pour le climat est déjà en cours. La question est de savoir comment elle se fera : si la transition sera vraiment juste et alignée sur l’impératif de limiter le réchauffement à 1,5°C. CAN-Rac travaillera tout au long du processus d’amendement pour s’assurer que la loi s’aligne sur les objectifs climatiques du Canada et centre les communautés les plus touchées par les industries extractives et qui en dépendent. »

Aliénor Rougeot, responde de programme climat et énergie, Environmental Defence Canada:

« La proposition de loi ne répond pas à l’urgence de la crise climatique, au moment où de nombreuses communautés à travers le Canada subissent ses effets dévastateurs. Bien que la proposition soit une étape positive vers l’inclusion des travailleu.rs.euses et des communautés concernés dans la transition énergétique, elle doit être renforcée pour éviter d’encourager l’écoblanchiment et le non-respect des obligations envers les peuples autochtones. »

Andréanne Brazeau, analyste des politiques climatiques, Équiterre:

« Ça fait longtemps que la société civile canadienne demande une loi pour préparer et adapter les milieux de travail et les collectivités aux réalités et défis liés à la transition, et ce, sans laisser personne derrière. C’est donc une avancée sociale importante, mais il faut aussi être lucide : cette première version du projet de loi devra être grandement bonifiée. Un projet de loi sur les emplois durables qui ne parle pas directement des énergies fossiles, c’est incohérent. Nous mettrons toute la pression nécessaire sur le gouvernement afin que cette lacune soit corrigée lors des travaux parlementaires à venir. »

France-Isabelle Langlois, directrice générale, Amnistie internationale Canada francophone:

« Nous accueillons favorablement le projet de loi sur une transition juste devant offrir un soutien conséquent au développement d’économies carboneutres, permettant, entre autres, l’accès à une énergie propre, fiable, abordable, produite dans le respect des droits humains pour toutes et tous. Cela devra se traduire par des mesures efficaces pour protéger les droits des communautés et des travailleurs et travailleuses permettant d’atténuer les impacts négatifs sur ceux-ci. Le projet de loi doit également veiller à assurer le respect plein et entier des droits des Peuples Autochtones à disposer de leurs ressources et de leurs terres et pour obtenir le soutien nécessaire pour effectuer une transition juste. »

-30-

Climate Action Network – Réseau action climat (CAN-Rac) Canada est le plus vaste réseau d’organisations travaillant sur les questions liées aux changements climatiques et à l’énergie au Canada. Il s’agit d’une coalition de 150 organisations opérant d’un océan à l’autre. Nos membres rassemblent des groupes environnementaux, des syndicats, des Premières Nations, des organisations de justice sociale, de développement, de santé et de jeunesse, des groupes religieux et des initiatives locales.

Pour plus d’informations ou pour organiser une entrevue, contactez :

Vicky Coo, Responsable des communications
comms@climateactionnetwork.ca

Crédit photo: Province of British Columbia