Réseau action climat Canada
Au sujet du RAC Dossiers et actions Nouvelles Ressources Passer à l'action
Accueil
Contactez-nous
English site






Pour diffusion immédiate: le 9 décembre 2009

De nouvelles données fédérales confirment la fin de l’aide à l’électricité renouvelable 

COPENHAGUE – Le Premier ministre Stephen Harper sera le seul chef d’État du G-7 à se présenter à Copenhague sans programme national majeur pour soutenir les énergies renouvelables. De nouvelles données provenant de Ressources Naturelles Canada[1] révèlent que le soutien du gouvernement fédéral se terminera en janvier 2010.

Cette initiative a eu beaucoup de succès et a donné lieu à la création d’énergie propre et de nouveaux emplois dans toutes les provinces; elle a également contribué de manière importante à la croissance de la production d’électricité à partir de sources renouvelables au Canada.

La décision du gouvernement de ne pas reconduire le Programme écoÉNERGIE pour l’énergie renouvelable (ni d’investir dans un autre programme pour offrir une aide significative aux énergies renouvelables) indique que le gouvernement fédéral n’a aucun plan pour offrir un soutien quelconque aux projets liés aux énergies renouvelables en 2010.

« Des projets pour la production de 11 000 mégawatts (MW) attendent une réponse d’un programme conçu pour 4 000 MW : il est assez clair que les quelques dollars restants sont déjà réservés », a dit Tim Weiss, directeur de la Politique d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique de l’Institut Pembina. « Au rythme actuel, l’aide fédérale à l’électricité renouvelable va effectivement se terminer ce mois-ci. »

Depuis plusieurs mois, il était clair que ce programme prendrait fin prématurément[2], mais le gouvernement n’a fait aucun signe permettant de croire qu’il avait l’intention de renouveler ou de consolider ses engagements antérieurs en faveur des énergies renouvelables. En revanche, les États-Unis ont mis au point un marché d’investissements très intéressant sur le plan des énergies renouvelables et où les États-Unis surpassent le Canada 14 contre 1 si on compare les dépenses par habitant dans les budgets de 2009[3].

« Alors que l’industrie des énergies renouvelables du Canada se trouve en pleine croissance et qu’elle crée des emplois tout en offrant des avantages environnementaux de longue durée, le moment est mal choisi par le gouvernement fédéral pour se retirer, a dit Steven Guilbeault d’Équiterre. Ces nouvelles données fédérales sont une autre illustration de ce qui fait que le Canada reste en arrière ici, à Copenhague. »

En 2007, le gouvernement annonçait le Programme écoÉNERGIE pour l’électricité renouvelable, doté d’un budget de 1,48 milliard de dollars pour une période de plus de 14 ans[4]. En comparaison, le gouvernement fédéral a alloué cette année 1,5 milliard de dollars à l’énergie nucléaire (650 millions en 2009) et à la capture et au stockage du carbone liés au charbon (850 millions de dollars en cinq ans dans le Fonds pour l’énergie propre).

« Alors que la réduction des émissions de GES devient de plus en plus urgente, le gouvernement choisit de subventionner la pollution plus tôt que de la réduire, ajoute Virginie Lambert-Ferry Greenpeace Canada. Les sables bitumineux continuent de recevoir des milliards en subventions de ce gouvernement, tandis que les énergies renouvelables sont laissées en plan. »

Le Canada a la possibilité de produire au moins 20 pour cent de son électricité à partir de la seule énergie éolienne – un exploit que le Danemark a accompli au cours des années 2000. Combinée à d’autres énergies renouvelables comme la biomasse, les petites centrales hydroélectriques et la géothermie, il faut que l’électricité renouvelable joue un rôle de première importance dans la réalisation de la promesse du gouvernement de produire, d’ici 2020, 90 pour cent de l’électricité du Canada à partir de sources sans émission de GES. L’Institut Pembina a diffusé une fiche de renseignements qui met en lumière bon nombre des avantages que l’énergie éolienne peut fournir au Canada.

La fiche d’information de l’Institut Pembina, L’énergie éolienne, rétablir les faits, est disponible en français et en anglais à l’adresse suivante : http://www.pembina.org/pub/1943

 –30–

Contact pour les médias:

Tim Weis
Directeur, Politique des énergies renouvelables et de l’efficacité
L’Institut Pembina
À Ottawa: 613-601-6519

Marie-Ève Roy, coordonnatrice des communications
Équiterre
À Copenhague + (45) 4163 3795

Virgine Lambert-Ferry
Greenpeace Canada
À Copenhague + (45) 5265 5662

Hannah McKinnon, coordonnatrice des communications
Réseau action climat Canada
À Copenhague + (45) 2553 6081


[1] http://www.ecoaction.gc.ca/ecoenergy-ecoenergie/power-electricite/index-eng.cfm

[2] « Le projet a eu beaucoup de succès. Nous prévoyons avoir épuisé les fonds environ un an et demi plus tôt que prévu, ce qui préoccupe beaucoup le milieu de l’énergie éolienne. » L’honorable Lisa Raitt, ministre des Ressources naturelles, Comité parlementaire sur les ressources naturelles (23 april 2009).

[3] http://pubs.pembina.org/reports/canada-v-us-investment-in-re-ee-backgrounder.pdf